Des écrans adaptés à chaque âge : la règle du 3-6-9-12 !

Ni télé ni DVD avant trois ans ? Ce débat agite le monde des experts de la petite enfance et l’interdiction pure et simple des écrans n’est pas la solution retenue par bon nombre de pédopsychiatres.

Le psychiatre Serge Tisseron [1] a établi une liste de recommandations appelée « règle du 3-6-9-12 » qui permet aux parents de savoir à quoi s’en tenir selon l’âge de leur enfant.

 

Avant 3 ans

Les repères spaciaux sont construits par l’enfant à travers toutes les interactions avec l’environnement qui impliquent ses sens,les repères temporels sont construits à travers les histoires qu’on lui raconte et les livres qu’il feuillette.

Évitez la télévision et les DVD, dont les effets négatifs sont démontrés.

Les tablettes tactiles ne sont pas prioritaires : elles peuvent être utilisées en complément des jouets traditionnels,mais toujours accompagnées, sans autre but que de jouer ensemble, et de préférence avec des logiciels adaptés.

De 3 à 6 ans

Évitez la télévision et l’ordinateur dans la chambre.

Établissez des règles claires sur le temps d’écrans et respectez les âges indiqués pour les programmes.

Préférez les jeux vidéo qu’on joue à plusieurs à ceux qu’on joue seul :les ordinateurs et consoles de salon peuvent être un support occasionnel de jeu en famille, voire d’apprentissages accompagnés.

N’offrez pas une console ou une console personnelle à votre enfant : à cet âge, jouer seul devient rapidement stéréotypé et compulsif.

De 6 à 9 ans

Évitez la télévision et l’ordinateur dans la chambre.

Établissez des règles claires sur le temps d’écrans et respectez les âges indiqués pour les programmes.

Paramétrez la console de jeux du salon. À partir de 8 ans, expliquez-lui le droit à l’image et le droit à l’intimité.

 

De 9 à 12 ans

Continuez à établir des règles claires sur le temps d’écrans.

Déterminez avec lui l’âge à partir duquel il aura son téléphone mobile.

 

 

 

Rappelez les particularités d’Internet :

  1. Tout ce que l’on y met peut tomber dans le domaine public
  2. Tout ce que l’on y met y restera éternellement
  3. Tout ce que l’on y trouve est sujet à caution : certaines données sont vraies et d’autres fausses

Après 12 ans

Votre enfant « surfe »seul sur la toile, mais convenez d’horaires à respecter.

Évitez de lui laissez une connexion nocturne illimitée depuis sa chambre.

Discutez avec lui du téléchargement,des plagiats,de la pornographie et du harcèlement.

Refusez d’être son« ami » sur Facebook

 

À tout âge

limiter les écrans, choisir les programmes, inviter l’enfant à parler de ce qu’il a vu.

 

Pas de TV avant 3 ans
Pas de console de jeu personnelle avant 6 ans
Internet après 9 ans
Les réseaux sociaux après 12 ans

« Avant l’âge de 3 ans, les écrans non interactifs, c’est-à-dire la télévision et les DVD, n’ont aucun effet positif et plutôt des effets négatifs démontrés. Les DVD commercialisés à destination des enfants de moins de 3 ans sont néfastes bien que les fabricants prétendent le contraire. En revanche, les tablettes tactiles permettent au jeune enfant d’exercer des formes d’intelligence étayées sur le geste, le toucher et l’interaction« , explique Serge Tisseron.

En clair, les 44% de parents qui prêtent leur portable à leur enfant de moins de trois ans pour les consoler (enquête de l’Association française de pédiatrie) n’optent pas pour la bonne réponse.

L’effet positif des tablettes tactiles

En revanche l’Académie des Sciences affirme que « les tablettes visuelles et tactiles peuvent contribuer à l’éveil cognitif précoce du bébé » même avant deux ans. « La première forme d’intelligence chez les bébés est sensorimotrice, c’est-à-dire qu’ils adorent toucher du doigt ce qu’ils voient. Rien de mieux qu’une tablette tactile pour ça », affirmait carrément Olivier Houdé, professeur de psychologie cognitive à l’université Paris-Descarte.
Trois conditions sont toutefois indispensables:
– que l’usage soit accompagné par un adulte pour favoriser les interactions,
– qu’il se déroule sur une courte période (quinze minutes maximum)
– qu’ils viennent en complément des jeux traditionnels et non en remplacement.

« L’utilisation pédagogique des écrans à l’école ou à la maison peut marquer un progrès éducatif important » entre 6 et 12 ans particulièrement pour ce qui est des logiciels d’aide à la lecture ou au calcul.
Une certitude cependant à tout âge: l’utilisation de ces outils doit se faire sur un temps court pour éviter tout risque d’addiction. «  déclare l’Académie des Sciences.

[1] Serge Tisseron est psychiatre, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses. Auteur de nombreux ouvrages sur les relations que nous entretenons avec les images et les écrans, il a participé à la rédaction de l’avis de l’Académie des sciences
L’enfant et les écrans (2013). Il publie 3-6-9-12 Apprivoiser les écrans et grandir
(érès, 2013).

source : Alexandre Boudet – © huffingtonpost.fr